HOMO FABER ET L’AVENIR DU TRAVAIL – colloque

Samedi 7 décembre 2019 de 9h.30 à 17h.30

Académie Royale de Belgique Espace Baudouin II (Écuries), rue Ducale 1, 1000 Bruxelles

 

  • Accueil : Jacques Lemaire et Claude Wachtelaer
  • Paul-Louis Van Berg (ULB)
    L’homme et son travail : du côté de la préhistoire
  • Yoneko Nurtantio (ULB, ARES)
    Le travail contemporain : un nouveau rapport au temps pour construire et se construire
  • Baudouin Decharneux (ULB – FNRS – Académie Royale Belgique)
    Regards  croisés sur le travail et ses représentations dans le monde antique
  • Patrick Hannot
    La symbolisation de l’outil
  • Pierre-Paul Maeter (SPF emploi)
    Emploi, travail: enjeux de démarchandisation
  • Eric Martens (Organisation internationale du travail, Genève)
  • Statut de Droit : une clé de lecture des mutations et défis contemporains du travail
  • Philippe Eloy (Business Analyst)
    A quoi sert le travail ? Une réflexion.
  • Antoinette Rouvroy (FNDLP)
    La gouvernance algorithmique
  • Conclusions par Baudouin Decharneux

Partenaires

En collaboration avec l’Association européenne de la Pensée Libre (AEPL-EU)
et le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles

  

Argumentaire :

L’homme travaille depuis des millénaires. Ne fût-il question de le définir en tant qu’homo faber, même si une telle catégorisation fonctionnelle peut être nuancée selon les perspectives ? Le travail tantôt considéré comme une malédiction, tantôt vécu comme un facteur d’épanouissement, peut lui-même faire l’objet de questionnements multiples (philosophique, religieux, sociologique, politique, scientifique, etc.). L’homo faber est donc problématique en soi. Il est un être voué à la complexité.

La transition numérique a entraîné des transformations fondamentales dans le rapport que les hommes et femmes entretiennent avec le travail. Ceci suscite à la fois des craintes et des espérances. Un enjeu sociétal majeur n’est-il pas de définir, redéfinir, les contours d’une manière de travailler encore inconnue par nos contemporains et donc d’anticiper sur de nouvelles formes d’organisation sociale en gestation. Vivons-nous le moment où l’homo faber bascule vers l’homo technologicus, voire l’homonumericus ?

informations

colloque@lapenseeetleshommes.be

INSCRIPTIONS : 

Pour vous inscrire, cliquez  – ici –

    • Entrée : 15 €
    • Retraités, étudiants : 10 €
    • Actes du colloque : 10 €

Possibilité de commander les actes de cette journée en précommande en effectuant un virement bancaire de 10 € sur le compte bancaire BE46 0000 0476 6336 de La Pensée et les Hommes.

Merci d’indiquer en communication « Actes + votre adresse postale ».

Pour la France, merci d’établir un chèque au nom de Jacques LEMAIRE et de l’envoyer à
La Pensée et les Hommes, avenue Victoria 5, 1000 Bruxelles, Belgique.

Les actes seront publiés dans le courant de l’année 2020.

  1. Poster un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :